ETHNOGRAPHIE MALAYĀḶAM ET PHILOSOPHIE EN ASIE DU SUD

The Himalaya Drug Company
Une industrialisation de l'āyurveda

Jeudi 24 janvier 2019

Laurent Pordié and Jean-Paul Gaudillière, The Reformulation Regime in Drug Discovery: Revisiting Polyherbals and Property Rights in the Ayurvedic Industry, East Asian Science, Technology and Society: An International Journal 8 (2014): 57–79. L'expression reformulation regime vient de Michel Foucault, Du gouvernement des vivants, Cours au Collège de France 1979-1980 (Paris, Seuil-Gallimard-Hautes Etudes, 2012). Désigne une politique industrielle fondée sur la reformulation des recettes ayurvédiques, autrement dit un savoir-pouvoir, un pouvoir industriel dérivé du savoir de l'āyurveda.

The Himalaya Drug Company poursuit une politique industrielle fondée sur le savoir exclusif que constitue la pharmacopée ayurvédique. Les polyherbals, nouveaux médicaments composés à base de plantes médicinales, sont des reformulations de la pharmacopée traditionnelle.

Entreprise familiale fondée en 1930 et d'abord basée à Dehradun. Le fondateur, Mohammed Manal repère en Birmanie l'emploi des racines de Rauwolfia serpentina pour calmer les éléphants. En 1934, Serpentina est sur le marché "the world's first natural antihypertensive drug". Début de 1° la standardisation des substances végétales [avec des conservateurs alimentaires], 2° des manufactures ayurvédiques [rompant avec la tradition des remèdes composés dans la cuisine], et 3° de l'évolution de la médecine vers le tout pharmacie.

  1. S'installe à Bombay dans les années 1950.
  2. The Himalaya Drug Company crée en 1955 leur blockbuster, Liv. 52, qui stimule les fonctions hépatiques.
  3. Nouvelle étape, le fils du fondateur Meraj Manal crée en 1975 une usine à Makali, Bangalore, puis y installe son siège et son centre de recherches en 1991.
  4. Prend pied aux USA en 1996 avec une offre de compléments alimentaires conçus pour être expressément en conformité avec les normes fixées dans le Dietary Supplement Health and Education Act of 1994.
  5. Offre complétée en 1999 avec des produits de toilette (personal care) vendus sous la marque Ayurvedic Concepts. De ce moment date l'expansion mondiale de ce qui deviendra Himalaya Herbals.

"In 1999, Himalaya entered the personal care segment under the brand name 'Ayurvedic Concepts'. This was unchartered territory which brought with it new challenges and new opportunities for learning. People around the world were waking up to the benefits of herbal and natural products for their personal care needs. Himalaya had close to seven decades of research experience in herbal medicine and this legacy had helped us understand the world of herbs."

Double déplacement, pour contourner le monopole biomédical, de la médecine à l'alimentation puis aux produits de toilette. Mais l'ambiguïté demeure.

Une décision de politique industrielle

Laurent Pordié et Jean-Paul Gaudillière, Introduction: Industrial Ayurveda. Drug Discovery, Reformulation and the Market, Asian Medicine 9 (2014): 1–11.

«Un matin de mars 2013, nous sommes reçus à Bangalore, au siège de The Himalaya Drug Company…» Pordié et Gaudillière enquêtent sur l'invention de la spécialité commercialisée sous le nom de Menosan.

"It is registered as an "Ayurvedic Proprietary Medicine", which means that it is owned by the firm and marketed under a name registered as a trademark. This form of intellectual property is based on the recognition that this drug is not a formulation mentioned in the classical medical texts, but a modified preparation stemming from Ayurveda."

1°) Question des droits de propriété intellectuelle indigènes sur les médicaments «issus de la tradition [ayurvédique]». 2°) Question de l'appropriation des ressources issues du milieu naturel et de l'appropriation des connaissances traditionnelles sur ces ressources locales.

Avec Pordié et Gaudillière, je pars du contexte social, économique, technique et juridique dans lequel fut inventé le Menosan. Le Docteur Rangesh, the head ayurvedic doctor in the firm, invoquait un profond changement dans la sensibilité collective indienne et l'expérience vécue des femmes en Inde au tournant du 21e siècle:

"According to him, these changes account for the fact that menopause was not a peculiar problem in the past, certainly not an issue in Ayurveda, but has become so in the wake of 'modernity', whatever this may have meant to him. The need for a new formulation thus originated in the perceived changing health issues and challenges that an increasingly urbanised Indian society, made up of nuclear families, had to face. And indeed, in contrast to what we expected, when the origins of this medicine were traced, no one invoked the massive use of steroid hormones in the West for alleviating the adverse effects of the menopausal transition. Neither was the crisis mentioned, which erupted in the US in 2002(the same year Menosan was launched) when a very large epidemiological study revealed strong linkages between hormonal replacement therapies (HRT) and increased incidence of cancer and cardiovascular problems, thus opening new venues for alternative therapies. Our interlocutors in the firm did not speak about this, because the synchronicity was fortuitous, even if the HRT crisis and the search for alternatives later became a marketing target for the company."

Dans les années 1990, décision de politique industrielle à Himalaya: créer un médicament s'adressant à une clientèle féminine de la new middle class dont la sensibilité a changé au point que «la ménopause» devienne une indication thérapeutique. A l'origine de l'invention, les vaidyas à Himalaya établirent en anglais une liste d'indications thérapeutiques associées à la ménopause, pour lesquels ils trouvèrent des équivalents en sanskrit, lesquels furent les clés du repérage et de la sélection des substances actives qu'ils avaient pour objectif de recombiner.